COPLEY

Il ouvre une galerie à Los Angeles afin de faire connaître le surréalisme aux américains, mais le succès financier ne fut pas au rendez-vous. Apres avoir accumulé une collection grandiose il termine la deuxième partie de sa vie à peindre.Chez William Nelson Copley, la guerre des sexes se pare de motifs humoristiques tels que rayures, losanges, carreaux et cœurs. Il place ses personnages devant un décor opulent, non sans arrière-pensée. Copley a joué un rôle important dès les années 40 en tant que galeristes, artistes écrivain et éditeur, faisant le lien entre le surréalisme et le Pop Art américain. Sa personnalité en a également fait l’une des figures les plus individualistes de la scène artistique d’alors.Se situant dans l’héritage du mouvement dada, du surréalisme et du Pop Art, Copley a exploré toutes les facettes du jeu érotique. Lors d’une interview en 1968, il avait répondu à la question de savoir qu’il possédait une théorie sur sa peinture : « Non, il semble que je sois condamné à documenter la tragédie de l’homme et de la femme. Cela a d’ailleurs quelque chose de chaplinien ».

 

Tristan et Iseult, 1969 huile et gouache sur papier           
43 cm x 43 cm
Signé CPLY 69 en bas à droite
Provenance Alexandre IOLAS
Tristan et Iseult, 1969 huile et gouache sur papier 43 cm x 43 cm Signé CPLY 69 en bas à droite Provenance Alexandre IOLAS