Hans Hartung est né le 21 septembre 1904 à Leipzig en Allemagne. Il fait ses études à l’Akademie der schönen Künste de Leipzig ( 1924-1926) et aux Beaux-Arts de Munich (1928). En 1928, il rencontre Anna-Eva Bergman à Paris, jeune artiste d’origine norvégienne venue comme lui étudier en France ; il se marient en 1929.

Sa première exposition personnelle a lieu en 1931 à Dresde. Il quitte l’Allemagne pré-hitlérienne en 1932 et voyage en Europe. Il s’installe à Paris en 1935 où il se lie et expose avec Kandinsky Mondrian, Miro et Calder. En 1944, il s’engage dans la légion étrangère. Blessé, il doit être amputé de la jambe droite. En 1945, il est naturalisé français. Il reçoit le grand prix de la Biennale de Venise en 1960.

Pendant une première période, Hans Hartung peint des aquarelles et des toiles abstraites (les Taches d’encre). Après la guerre, il traduit ses cauchemars et sa souffrance dans une peinture abstraite et lyrique. Il recouvre la toile de hachures et de tourbillons, de « grandes masses brunâtres ou noires » tracées à l’encre de Chine, à l’huile ou au pastel. Il pense que seule une peinture informelle, un « tachisme » peuvent dire le désespoir de l’après-guerre.

A partir de 1960, il travaille à de grands formats à l’acrylique, tour à tour frappés de touches rapides, grattés ou griffés. Il utilise des branches, des balais, des peignes pour stigmatiser sa peinture. Hans et Anna-Eva s’installent à Antibes à partir de 1968, dans une maison qu’il a dessinée et conçue. En 1986, il commence une nouvelle série très colorée, et projette coulures et égouttures sur du papier d’emballage.

Sa femme, Anna-Eva Bergman disparaît en 1987. Hans Hartung est mort le 7 décembre 1989 à Antibes en France.

Il est aujourd’hui considéré comme le chef de file de « l’Abstraction Lyrique » et comme l’un des plus grands représentants de l’art abstrait.

 

T1989-R2 1989
Acrylique sur toile

81x65cm
T1989-R2 1989 Acrylique sur toile 81x65cm